Publié par

Verticalité, de Charles Antoni

Charles Antoni


Objectif Verticalité

Charles Antoni, auteur de Verticalité
Charles Antoni, auteur de Verticalité

Qu’est-ce donc qu’une vie ? Et que dire de la mienne quand je la regarde sous le prisme de mes recherches ? Je vois des chemins parcourus et multiples et des occasions que j’appelle opportunités, elles ont jalonné ma quête de verticalité. En effet le lecteur peut être surpris de la disparité des contenus.

Je lui propose donc de parcourir cet ouvrage en indiquant qu’il y a, sous-jacent, un fil conducteur. Chacune de mes expériences, chacun de mes voyages ou de mes rencontres est sous-tendu par cet objectif de Verticalité.

Tout a été pour moi objet de curiosité inlassable à laquelle j’ai tenté de donner une ligne directrice, la verticalité. Ainsi je ne me suis pas laissé détourner du chemin que je m’étais tracé dès mes premières lectures, mes premières découvertes.

Qu’il s’agisse de ces domaines si différents tels que la musique, le football, les médecines extrêmes orientales et bien d’autres, sous les apparences j’ai cherché à révéler la Tradition. Ou du moins j’ai tenté d’aller au cœur des choses comme je me suis efforcé également de retrouver les grands signes contenus dans les mythes. C’est toujours cette même Elévation qui me guide : le Sublime voguant au-dessus de l’horizontalité commune. Comme le rappelle également dans sa forme poétique le mot baudelairien d’Albatros. Parabole de cette verticalité de l’être totalement étranger au monde comme il va.

C’est toujours une sorte d’Albatros empêtré qui tente de transcender l’engluement éternel. Pourvu que je découvre mon chemin donc ma véritable source. Bien sûr on ne trouvera pas dans cet ouvrage d’ultime réponse à ce qu’est la Verticalité mais comment on y va, comment on tend vers elle.

Charles Antoni, Paris, Juillet 2010.

Amour pour la liberté

Ce n’est pas une relation passionnelle avec son fume-cigarette qui pourrait contredire son amour pour la liberté, celle qu’on se donne à soi-même. En quoi d’ailleurs y aurait-il là matière à le contredire ? Tout juste question de souligner gentiment l’apparent paradoxe. On n’est pas forcément d’accord avec Charles Antoni, au demeurant, il force l’admiration. Vivre sa vie, telle est l’injonction qu’il propose et qu’il s’offre à lui-même. Ce qu’il nous expose ici à travers la verticalité. A nous de disposer. S’il a choisi l’écriture, ou même si elle l’a choisi, il voudrait consacrer davantage de temps à ses livres. Il va sans dire qu’il ne connaît jamais l’ennui.

Entre lecture et écriture

Les livres ? Une passion également entre lecture et écriture, là encore, le temps lui manque, parfois pour s’y consacrer pleinement mais on peut aisément constater l’attachement qu’il leur porte. Une belle fidélité. Ecrivain, lecteur, éditeur, avec lui, nous ne sortons pas du cercle des mots mais on se méprendrait à croire qu’il oublie de vivre pour autant. Simplement, il ne choisit pas entre l’écriture et la vie, elles sont intimement liées, alors tout devient pour lui objet d’interrogation, matière à penser donc à écrire. L’essentiel étant d’abord et avant tout ce qu’il ressent. Et de nous demander souvent : « Que ressens-tu ? » Nous rappelant ainsi sans doute à des fondamentaux.

Baroudeur de l’absolu

Charles Antoni est resté fidèle à lui-même, il a gardé tout au long de sa vie, riche au demeurant, les options fondamentales qui valent objectifs indéfectibles : le socle n’a pas changé depuis ses premiers engagements et ses premiers voyages. Toujours revenir à ce qu’il appelle la Verticalité. Le terme du voyage est identique à son « Originel » même si le voyage est infini… Baroudeur de l’absolu, il circule encore et toujours sur la route…

Alors, lorsqu’il trouve devant lui un interlocuteur qui veut en savoir davantage, sur sa vie son oeuvre son parcours hors du commun, ses voyages, et sa quête insatiable, il devient intarissable. Ici on trouvera, rassemblées les traces écrites des différentes étapes de son parcours. Homme d’expérience, il est aussi un homme de paroles, à tous les sens du terme.

Sa voix pleine et chaleureuse

L’oralité lui convient et sa voix pleine et chaleureuse, qui le caractérise et en dit long sur son être, accompagne le discours. Les mots ne sont pas vides, ils sont précis. Alors nous sommes sous le charme, captivés par les chemins de parole qu’il dessine devant nous. Il ne nous reste plus qu’à suivre les traces qu’il veut bien proposer, nous laissant, bien sûr, le loisir d’en disposer. Libre à nous de construire notre propre route…

Et il serait contradictoire qu’un homme libre veuille défaire la liberté d’un autre. Les âmes fragiles ou récalcitrantes au questionnement sur soi s’abstiendront mais sous l’apparente dureté, sous les provocations, il faut toujours considérer l’homme bienveillant. Et l’on apprendra alors à se déprendre de soi.

S’il endosse les costumes les plus extravagants c’est pour mieux laisser l’autre se défaire des siens : qu’on entende bien cela pour savoir qu’il n’y a pas tant de danger à le côtoyer… quoi qu’il en dise. Il y a juste à mesurer notre propre taille. Juste savoir ce que l’on peut. Et ajuster.

Cette verticalité dont il fait l’éloge

Alors, si l’on peut formuler quelque souhait à son endroit, disons qu’on attend de lui qu’il déploie ses possibles, son envergure déjà grande, on attend qu’il écrive, qu’il vive sa vie, libre d’en décider…

Et nous aimons comme il aime à le souligner le voir se pencher sur sa feuille blanche, pour la remplir de son écriture spontanée, ses journaux ou d’autres chantiers de sa calligraphie si caractéristique, déchiffrable par lui seul.

On attend donc de voir ou plutôt de lire impatiemment même si ce qui le caractérise c’est cette lenteur dont il fait l’éloge et qui dans sa personne devient vertu ennoblissant l’homme contre les exigences d’une société débridée, éprise de rapidité où l’on veut tout, tout de suite, sans doute parce que l’essentiel manque souvent.

La verticalité, un repère, un phare

La rigueur qu’il s’octroie et qu’il exige des autres n’est en aucun cas un frein à la qualité, elle en est la condition : les choses, dit-il souvent, se feront ou bien encore, « laissons-les venir ». Ce qui n’est pas dans son propos le signe d’un laisser-aller, simplement un art de vivre.

Pour toutes ces raisons, Charles Antoni est pour son entourage et pour ses lecteurs fussent-ils éloignés géographiquement, un repère, un phare autour duquel il devient possible de rayonner. Et l’Originel appelé par ses habitués le « Centre » n’est pas seulement un lieu de travail mais de rencontres, d’échanges, de passage du temps, celui de l’infini voyage dont l’Âme est assurément son fondateur et son continuateur, c’est-à-dire lui-même.

Préface de Paule Orsoni

Radio Ici et Maintenant, Entretien avec Charles Antoni

Publié par

Napoleon Hill, Plus malin que le diable par Charles Antoni

De Réfléchissez et devenez riche à Plus malin que le Diable

En 1938 paraît le best-seller Réfléchissez et devenez riche. Peu de temps après Napoléon Hill révèle comment il a réussi à décrypter les secrets de la réussite. Comment venir à bout de tous les obstacles de la vie. C‘est le thème de son second livre “Plus malin que le diable“.

Napoleon Hill, plus malin que le Diable
Napoleon Hill

« La peur est l’outil favori d’un démon créé de toutes pièces par l’homme » Napoléon Hill

Le manuscrit fut le résultat de cette « rencontre ». Cependant jugé trop polémique pour l’époque, il fut caché aux yeux du monde durant soixante-treize ans.

Sharon Lechte est une figure de proue du développement personnel américain. Il nous éclaire sur le contexte sulfureux qui entoure ce livre. De surcroît il nous apporte des clés de compréhension pour extraire chaque pépite de sagesse qu’il recèle.

L’accomplissement de nos buts personnels

Grâce à son don légendaire Napoléon Hill nous révèle le potentiel des hommes. Ainsi il creuse en profondeur pour identifier les plus grands obstacles que nous devons affronter dans l’accomplissement de nos buts personnels. Il passe alors au crible les racines de la peur, de la procrastination, de la jalousie et de la colère. Autant de symphonies orchestrées par le Diable pour nous mener à notre perte.

Ainsi Hill nous révèle les 7 principes secrets qu’il a arrachés aux mains du démon. Ces talons d’Achille qui permettront à chacun de triompher de son combat personnel.

Plus malin que le diableest tout à la fois fascinant, provocant et stimulant. Il nous montre la voie pour tracer notre propre chemin vers le succès, l’harmonie et l’accomplissement dans une période où prédomine la peur et l’incertitude.


Ecoutez un extrait de
“Plus malin que le Diable”


Commandez en ligne

Le livre et le CD des Chapitres 3 et 4

Publié par Laisser un commentaire

Charles Antoni – Du développement personnel au développement essentiel

Charles écrivain

Du développement personnel au développement essentiel

Développement personnel. ” C’est moi qui vis la vie que je décide de vivre, par conséquent je suis responsable, non seulement  des décisions que je prends, mais également de leurs conséquences. Pour cette raison je suis libre. “

Du développement personnel au développement essentiel

Toute notre vie – passé, présent, futur – est exactement ce que l’on a pensé. Notre passé, nous l’avons construit et le futur ne dépend pas des circonstances extérieures, c’est nous qui en décidons. De ce fait nous devenons entièrement responsable de notre vie.

Le plus remarquable dans la démarche proposée ici, est qu’il y a toujours la porte ouverte à la liberté de l’individu.  “C’est moi qui vis la vie que je décide de vivre, par conséquent je suis responsable, non seulement des décisions que je prends, mais également de leurs conséquences. Pour cette raison je suis libre.”

Charles Antoni effectua de nombreux voyages et séjours en Inde, en Asie Centrale, en Chine, au Mexique etc., étudiant les différentes “traditions” du chemin qui mène à l’éveil du monde intérieur. Auteur douvrages philosophiques,

Renseignements : tél. 01 42 46 75 78 – email  – editionsloriginel@gmail.com

Publié par Laisser un commentaire

La force interne qui fait la grandeur des hommes

Charles Antoni

Se réapproprier sa vie intérieure et sa force interne

Charles Antoni nous parle de la force interne
Charles Antoni nous parle de la force interne

L’auteur traite de la véritable méditation, de la contemplation, de la liberté, de la force interne qui fait la grandeur des hommes…
Mais la conscience et le potentiel enfoui dans le tréfonds de l’être ne doivent plus être le domaine réservé des religions et des sectes.

Chacun peut se réapproprier sa vie intérieure sans se soumettre aux dogmes ou à l’autocratisme d’un gourou. Pour cela, il est nécessaire de retrouver sa confiance en soi et de refuser que les autres décident pour soi-même.
En effet les pouvoirs religieux et séculiers ne cessent de dévaloriser les gens. Hier, l’Eglise stigmatisait les pécheurs.

Aujourd’hui, la publicité voit un crétin dans chaque consommateur. Ainsi les sketchs publicitaires mettent souvent en scène des personnages immatures et stupides. Quant aux politiciens, ce sont des manipulateurs qui perpétuent leur odieux système oligarchique, repeint en bleu ou en rose selon le parti au gouvernement. Ils abusent du pouvoir de décider pour autrui. En fait l’autre c’est le citoyen à qui l’on fait croire qu’une sorte d’indignité le rend incapable de participer directement à la vie de la cité.

Une clé de la véritable liberté

Du développement personnel au développement essentiel, la clé de la force interne
Du développement personnel au développement essentiel, la clé de la force interne

Le livre de Charles Antoni, Du développement personnel au développement essentiel, permet de comprendre qu’il faut prendre sa vie en main et en être totalement responsable. Il contient des conseils qui peuvent mettre fin à toutes les formes de sujétion. C’est une clé de la véritable liberté.

1 commentaire de Dominique Giraudet – philosophie

Merci pour votre bel article ! Il est rafraichissant de constater à quel point monsieur Charles Antoni n’est pas de ceux qui pratiquent la langue de bois, fait plutôt rare de nos jours et qui mérite d’être signalé ! Grâce lui en soit rendue !

Bien amicalement à vous.

Publié par Félix, Le Blog de Bouddhanar