Publié par

Échantillon de lecture “Lumières d’exil”

Couverture LUMIERES D'EXIL

Christian Faure

Lumières d’exil – un disciple de Swami Prajnanpad chez Einstein, Freud et Gorki

Roman initiatique avec une préface de Gilles Farcet

Couverture LUMIERES D'EXIL

Ces carnets imaginaires rapportent l’histoire vraie d’un jeune révolutionnaire indien qui fuit l’Inde de 1930 comme passager clandestin confiné sur un paquebot italien. Dans une Europe au bord du précipice, il rencontre trois personnages clefs de l’histoire, Gorki, Einstein et Freud, génies plus ou moins proches de l’exil.

Riche d’un parcours professionnel éclectique mais toujours centré sur l’autre, Christian Faure exerce aujourd’hui comme psychologue. Après une dizaine d’années de méditation, en 1989 il devient élève d’Arnaud Desjardins dont le maître en Inde était Swami Prajnanpad.

Date de publication : 5 juillet 2020

Broché – 258 pages – 19 €

ISBN 979-10-91413-82-4


Extrait de la préface de Gilles Farcet

Extraits de Brahmane bengali nourri de sa tradition hindoue en même temps qu’universitaire aussi bien scientifique que littéraire, Swami Prajnanpad est, non seulement un sage au sens d’un être spirituellement accompli, mais bien un génie en cela qu’il reformule à sa manière unique et novatrice des vérités millénaires, vérités intemporelles auxquelles il donne une application contemporaine. La parole des rishis des Upanishads ou de l’auteur du Yoga Vasishta prend un sens neuf à travers l’approche de ce swami à la fois si imprégné de son héritage et si peu orthodoxe.

L’une des particularités de Prajnanpad est de s’être très tôt à la fois intéressé à la politique (il eût pu faire une grande carrière en son pays et demeura toute sa vie en contact avec des proches de Gandhi puis du pouvoir en place), à la science, de par ses études, et à Freud qu’il tenait pour « vaillant héros » et dont il fut une forme d’adepte précurseur en Inde. Au point, comme l’évoque bien ce livre, de s’inspirer de sa méthode pour proposer à ses propres élèves une forme d’introspection profonde s’inscrivant dans l’ensemble d’une « sadhana » ou ascèse menée sous sa direction.

La démarche de Christian Faure est simple dans son audace, ainsi qu’il s’en explique dans son « entame » : partir d’un fait documenté – la fuite en Occident d’un jeune révolutionnaire disciple de Prajnanpad qui devait rencontrer Gorki, Einstein et Freud, sur le divan duquel il s’allongea, tout en demeurant sa vie durant en lien épistolaire avec son maître indien — et, à partir de là, oser la fiction avec tout ce qu’elle permet.

Extrait de l’entame

Dans Psychanalyse et sagesse orientale de Daniel Roumanoff un court paragraphe nous dit :

« Un disciple de Swami Prajnanpad, Satyanarain Simha, jeune révolutionnaire indien a dû s’enfuir de l’Inde comme passager clandestin vers 1930 sur un paquebot italien. Débarqué à Naples, il a été accueilli par l’écrivain russe Gorki à Capri, qui l’a envoyé à Berlin avec une lettre de recommandation à Einstein. Celui-ci l’a envoyé chez Freud à Vienne, auprès duquel il est resté en psychanalyse un certain temps. Satyanarain aurait échangé avec Swâmi Prajnanpad plus de mille lettres couvrant la période de 1920 à 1974. »

Quelle incroyable destinée ! De quelle façon ces trois figures marquantes du XXsiècle ont-elles accueilli ce jeune étranger ? Quels échanges ont-ils bien pu avoir ? Quelles confrontations d’idées et d’expériences ont-ils pu connaître ? Se sont-ils intéressés à l’enseignement de son maître ? Comment cet Indien l’ a-t-il assimilé cet enseignement et dans quelle mesure cela lui a-t-il permis de s’adapter à cette aventure ?…

Parti de ces quelques lignes et après plusieurs années d’hésitation, j’ai simplement, sur la base de mes lectures, de ma pratique de cet enseignement et de mon expérience professionnelle, cherché à comprendre les acteurs centraux de cet ouvrage et à imaginer leurs réactions au contact de cet enseignement indien à la fois classique, par ses références, et iconoclaste, par son approche. J’ai aussi cherché à décrire la manière dont un jeune Indien, formé dans la tradition et inscrit dans une perspective de changement social, culturel et spirituel, pouvait réagir au contact de la société européenne de 1930 et de ces interlocuteurs.

Extraits du premier Carnet – Maxime Gorki

Jour après jour, le paquebot avance et moi aussi j’avance dans mes réflexions. Je vois comment la faim induit mes pensées. Je reviens sans cesse sur mon agression.

J’ai frappé encore et encore ce policier sikh. Sans les coups de sifflet de son collègue, je l’aurais peut-être tué. Moi qui suis Gandhi depuis des années, moi qui mets en pratique ahimsa, la non-violence, moi qui cherche à suivre l’enseignement de mon professeur, Yogesh Babu, et donc à ne pas être emporté par mes émotions, je suis devenu pendant de longues secondes un possible assassin. Mes certitudes sur moi-même en ont pris un sale coup. S’il est vrai que le chemin vers soi-même commence par une série de mauvaises nouvelles, celle-ci est à ce jour la plus importante et de loin.

Mais qui suis-je donc pour revenir à cet état de fauve ? Le non-violent n’est qu’une belle façade ? J’ai voulu jouer à la grande âme1 mais en réalité j’ai fait le tigre fou. Alors quand j’écris « moi » de qui est-ce que je parle ?

Une série de phrases de Yogeshwar revient en boucle dans ma tête : « Celui qui se sent blessé ne peut pas s’empêcher d’être agressif. La victime réagit en assassin. Aussi la victime et l’assassin sont les deux faces opposées, les deux aspects de la même expérience… Vous ne voulez pas tuer ? Essayez simplement de vous libérer de votre sentiment d’être une victime.  »2 Ces phrases sont trop difficiles à supporter pour moi, j’ai tant été blessé dans mon enfance.

Et pourtant je n’arrive pas à me libérer du tort que j’ai causé par ce geste de violence.

1Mahatma en sanskrit.

2Daniel ROUMANOFF, Swami Prajnanpad, ABC d’une sagesse, Paris, Albin Michel, 2009, p 149.

à suivre

Publié par

L’importance de l’âge en Astrologie

d’Alexander Ruperti

Le moyen le plus simple, mais non l’unique, pour étudier la structure du développement humain, est de fonder notre analyse sur un cycle de 7 ans. Nous sommes familiarisés à compter la moyenne de vie d’un homme sur soixante-dix ans. Bien que les humains puissent vivre plus longtemps, soixante-dix ans paraissent être un cadre significatif.


Alexander Ruperti fut un célèbre astrologue (ostéopathe de profession) né le 23 mai 1913 à Stuttgart (Allemagne) et mort le 23 janvier 1998 en Suisse. Il fut très marqué par Dane Rudhyar. En 1984, Alexander Ruperti fonda le Réseau d’Astrologie Humaniste (RAH).

Publié par

Extraits ‘Les quatre directions’

Couverture de "Les quatre directions"

Un Guide du chamanisme contemporain

de Daan van Kampenhout

Introduction

Les Occidentaux ont pu découvrir les quatre directions grâce aux enseignements de différentes cultures d’Amérique du nord (ou des Amériques). Outre les Amérindiens qui ont introduit ces savoirs, beaucoup d’autres peuples connaissent ou ont connu la nature des directions. Toutes les tribus chamaniques de Sibérie et de Mongolie possédaient ainsi leurs propres versions de la roue. En Europe, les chamanes des peuples Sami de Laponie peignaient les quatre directions sur leurs tambours sacrés. Les initiés des tribus celtiques avaient connaissance des directions, ce dont les écoles druidiques modernes se souviennent encore (ou du moins en partie). Après une recherche attentive, on s’aperçoit que toutes les cultures pré-industrielles et pré-chrétiennes ont eu une certaine expérience des directions en tant que pouvoirs spirituels.

Continuer la lecture de Extraits ‘Les quatre directions’
Publié par

Recensions de Kodo Sawaki – À toi

Printemps 2020 – Sagesses bouddhistes – Le Mag, n° 13


29/12/2019 · BouddhaNews

Ce livre, réalisé grâce au travail de plusieurs pratiquants zen, rassemble les meilleurs enseignements de Kodo Sawaki (1880-1965), surnommé Kodo sans demeure. Le maître de Taisen Deshimaru n’a pas démarré sa vie sous les meilleurs auspices. Orphelin très jeune, il entre au monastère où il commence la pratique du zazen.

Continuer la lecture de Recensions de Kodo Sawaki – À toi
Publié par

Horoscope hebdomadaire de Cal Garrison

Horoscope de la semaine du 16 Janvier 2021

Les horoscopes de cette semaine sont publiés sous la lumière de la lune des Poissons. Honnêtement, je n’ai pas à dire “Peuh” sur ce qui se passe en ce moment. Je ne suis pas trop poule mouillée pour m’avancer – je suis juste certaine sur le fait qu’en ce moment, ce n’est pas un signe de faiblesse que de s’abstenir de prédire les résultats quand tout est sujet à changement.

Parce qu’une partie de moi sent que j’ai la responsabilité de dire “quelque chose”, alors que nous nous précipitons sur ce qui va se passer le 20 janvier, le moins que je puisse faire est d’examiner certains des aspects qui sous-tendent le chaos qui inonde actuellement les événements dans notre réalité extérieure. Si nous avons un problème avec tout ce “chaos”, à un moment où le monde entier est en train de changer de paradigme, le fait que les choses soient apparemment hors de contrôle ne devrait pas être un choc trop important. Cela étant dit, voyons si nous pouvons trouver une explication.

Une grande partie de ce que je vais dire semblera répétitif parce que cela renvoie à certains des aspects que j’ai délimités la semaine dernière. L’image du milieu qui impliquait l’Atlantide, le Sphinx, Apollo et le Milieu du Ciel, se faisant emboutir par Borasisi, est toujours active : Cet ensemble de circonstances est toujours en jeu. Il sera utile de revoir ce que j’avais à dire sur tout cela, car cela constitue le point de départ de notre situation actuelle. Au cours des sept derniers jours, quatre autres organes ont rejoint le parti. Avec de nouvelles influences, des choses qui étaient risquées au départ tourbillonnent maintenant dans un maelström qui défie l’analyse.

Avant de disséquer ces nouveaux développements, laissez-moi vous rafraîchir la mémoire concernant le scénario de la semaine dernière. Ce qui suit décrit une série d’astéroïdes et examine ce qui se passe lorsqu’ils finissent par interagir les uns avec les autres.

Extrait de l’article de la semaine dernière :

SPHINX : Le sphinx, c’est une énigme. C’est l’archétype des mystères non résolus. C’est une forme ancienne d’énergie qui implique que ces énigmes et mystères ont été enveloppés dans le secret pendant très, très longtemps. Ce que les livres de mythologie nous apprennent sur le Sphinx, c’est que si un voyageur imprudent ne pouvait pas répondre à l’une de ses énigmes, il le mangerait vivant. Cela implique que nous sommes actuellement confrontés à une énigme (situation) de laquelle nous devons trouver la réponse, ou à une mort certaine. À cet égard, le fait que nous ayons été maintenus dans l’ignorance sur à peu près tout depuis la nuit des temps place l’humanité dans une situation très délicate. Il serait utile que nous ayons les moyens de regarder sous les couvertures et de percer ces secrets, mais nous ne sommes pas éduqués pour remettre les choses en question. Pour autant, un pare-feu a été installé dans nos cerveaux, Dieu sait depuis combien de temps, et dans les moments où il nous regarde droit dans les yeux, malheureusement, même l’être humain le plus instruit est aveugle, ou immunisé, et incapable de regarder la vérité. À moitié endormi et ayant subi un total lavage le cerveau, si nous ne nous réveillons pas bientôt, il y a fort à parier que le Sphinx nous mangera tout cru.

ATLANTIS : La vérité sur le continent perdu de l’Atlantide a été réduite à un conte de fées. Elle existe comme un mythe dans l’esprit de la plupart des gens. On suppose que seuls les fous délirants du New Age croient qu’elle est une réalité – mais parce que le mouvement New Age a été détourné par les forces obscures dans les années 1960, malheureusement même eux n’ont pas compris de quoi il s’agit. Toutes les informations qui nous sont parvenues sur l’Atlantide sont fausses. Ce qui devrait nous amener à nous demander pourquoi les puissances en présence se sont donné tant de mal pour dissimuler son existence et l’effacer des archives. On nous taquine avec l’idée que Platon fait référence au “Continent perdu” dans sa “République” et lui prête donc de la crédibilité, mais si vous faites un peu de recherche, au bout du compte, même Platon n’a pas réussi. Pour ceux d’entre vous qui s’intéressent vraiment à ce sujet, les livres de Michael Tsarion, The Irish Origins of Civilization, Volumes I et II”, et son livre, Atlantis – Alien Invasion and Genetic Manipulation sont tout à fait hors d’atteinte lorsqu’il s’agit de l’Atlantide. Le problème est que les livres Irish Origins sont vendus 400 dollars par volume, et le livre Atlantis se vend actuellement un peu plus de 100 dollars. Si vous êtes capable de lire des livres de ce genre, cette option est disponible. Les conférences de Michael Tsarion sur YouTube n’ont pas encore été retirées de l’internet et constituent une bonne ressource pour ceux d’entre vous qui sont curieux et veulent approfondir ces sujets – https://www.youtube.com/watch?v=BpNFZEb5e3w .

Mis à part tout ce qui précède, d’un point de vue astrologique, l’Atlantide exerce une influence considérable. Elle régit les inondations, les déluges et les catastrophes aquatiques. En accord avec le thème de la “noyade”, par extension, elle a beaucoup à dire sur ce qui se passe lorsque nous nous sentons accablés et épuisés. La chute de l’Atlantide ayant été provoquée par des abus de pouvoir de la part des responsables, l’astéroïde Atlantis apparaît chaque fois que les pouvoirs en place perdent le contact avec leur intégrité et font passer leurs propres intérêts avant ceux des personnes qu’ils gouvernent. Le mensonge, la tricherie et le vol tombent sous l’influence de cet archétype. Les connaissances secrètes, les informations de l’intérieur, les tactiques de porte dérobée, le chantage et tout ce qui a l’air trompeur dorment dans le même lit que l’Atlantide. Chaque fois qu’un sénateur, un membre du clergé ou un dirigeant d’entreprise est pris en train de s’amuser avec une fille ou un garçon mineur, c’est l’Atlantide. L’ordinateur portable de Hunter Biden est une parfaite illustration de ce qui se passe quand l’Atlantide est sur la sellette.

Parce que les Atlantes étaient bien connus pour leur intelligence et leur maîtrise de la technologie, l’Atlantide apparaîtra dans un tableau chaque fois que des ordinateurs ou des technologies de pointe seront utilisés pour prendre le pouvoir sur une situation. Sites de rencontres en ligne, piratage informatique, robots, créatures hybrides, clones, doubles corps, toutes ces choses sont régies par cet astéroïde. Comme toutes les choses “New Age”. Les cristaux sont régis par l’Atlantide. Tout comme les systèmes d’énergie libre. Nikola Tesla était/est une expression positive de l’archétype atlante. Il est intéressant de noter que Tesla a été exterminé par le pouvoir en place, et que toutes ses recherches ont été détournées par l’expression négative de l’archétype atlante.

Parce qu’une grande partie de ce que l’Atlantide gouverne soulève les thèmes de la corruption, de la tromperie et des abus de pouvoir, la rédemption fait également partie de son répertoire. De solides histoires atlantes apparaissent lorsqu’un individu, ou une situation, est en train de se racheter, ou de faire amende honorable pour ses méfaits, quels qu’ils soient. En ce moment, nous sommes tous en train de devenir la proie ou de nous racheter de nos actes et des problèmes qui ont mené la planète à la ruine il y a 13 000 ans. Il a été dit que ceux d’entre nous qui se disent aujourd’hui porteurs de lumière, étaient autrefois sur la corde raide. Ceux qui semblent être des agents des ténèbres à notre époque étaient les illuminés de l’Atlantide. Tout s’équilibre.

Je pense avoir donné la plus grande partie de ce qu’il y a à dire sur cet astéroïde. S’il y a quelque chose à ajouter, c’est peut-être que les invasions de la vie privée sont toujours des manifestations de l’Atlantide. Cela inclut les détectives privés, les agents secrets, la CIA, le FBI, les personnes de contrôle, les technologies invasives (systèmes de sécurité des aéroports, systèmes de reconnaissance faciale, I-Phones, ou toute autre forme de dispositif de surveillance) et les lois, mandats et procédures invasives.

APOLLO : Apollo est le mot grec pour le Soleil. En tant que tel, c’est un archétype solaire. Ce que nous savons du Soleil, c’est qu’il se lève et se couche, jour après jour. D’un point de vue astrologique, Apollon apparaît dans toute situation où la répétition est le principal problème. Lorsque les choses se répètent, encore et encore, il y a de fortes chances qu’Apollo soit derrière tout cela. Les gens qui sont nés avec Vénus en conjonction avec Apollon continuent de faire les mêmes erreurs dans le domaine de l’amour. Comme l’argent est également régi par Vénus, les aspects de Vénus/Apollo font que les gens se retrouvent avec les mêmes vieux problèmes d’argent sans jamais en tirer la leçon. Lorsque Pluton est impliqué avec Apollon, les gens continuent à répéter le même vieux schéma, ou le même scénario, et ne parviennent pas à tirer les leçons de leur expérience. Ils se heurtent au même mur à l’infini et ne se rendent pas compte que les choses se passeraient beaucoup mieux s’ils trouvaient un moyen de changer de ton. Lorsque Mercure est en aspect avec Apollo, les gens ont tendance à ressasser les mêmes vieilles questions dans chaque conversation sans jamais relier les points. Vous verrez cet aspect chaque fois que vous vous retrouverez à parler avec un ami qui ne peut pas taire ses problèmes. Quand Apollo est en rapport avec Bacchus, il s’agit généralement d’une personne qui a une dépendance impossible à vaincre. Elle devient propre et sobre, et avant que vous ne vous en rendiez compte, elle se remet à la boisson, ou se shoote, ou fait tout ce qu’il faut pour se défoncer. Je mentionne ces faits pour vous montrer qu’Apollo est présent dans toute situation où la même vieille tare se réveille, encore, et encore, et encore.

Combinons donc ces images et superposons-les à ce que nous savons sur le Milieu du Ciel. Il me semble que les forces qui influencent actuellement notre réalité extérieure sont plus anciennes que le temps. Les secrets et les mensonges, ainsi que les énigmes auxquelles personne ne semble avoir de réponse, pèsent sur nos têtes. Que nous en soyons conscients ou non, nos vies sont en jeu. Ce qui s’est passé avant, se reproduit. Aucun d’entre nous n’a vécu assez longtemps pour s’en souvenir, et nous sommes donc incapables de donner un sens à des choses qui seraient plus faciles à comprendre si nous connaissions la vérité. Une fois de plus, les responsables ont abusé de leur pouvoir d’une manière qui nous étonnera une fois que la vérité aura été révélée. Si nous ne nous réveillons pas et n’ouvrons pas les yeux le plus vite possible, la vie sur cette planète ne sera plus jamais la même. Je pourrais continuer, mais, vous avez compris.

Pour ajouter à tout cela, dans la carte que j’ai établie pour cet article, le Point Trans-Neptunien, Borasisi se trouve à la limite de la 4e Maison, en opposition directe avec tout ce qui précède. Toute notre réalité est embrochée par Borasisi, et l’image du point médian au Milieu du Ciel. En gardant à l’esprit ce que je viens de dire sur les secrets et les mensonges anciens qui nous tiennent par les couilles, jetons l’influence de Borasisi dans le mélange. J’ai déjà écrit sur ce point. Permettez-moi de vous en faire part à nouveau :

Le nom de Borasisi vient du roman de Kurt Vonnegut, “Cat’s Cradle. Dans l’histoire, Borasisi était une divinité solaire qui supervisait les pratiques religieuses des personnages du livre. Ce système de croyance était une collection consciente de mensonges qui étaient racontés pour convaincre ses adeptes qu’ils étaient heureux. Ce système de croyance était ancré dans cette culture et était strictement respecté, même si tout ce qui s’y trouvait était considéré comme faux. En bref, Borasisi est l’avant-dernier archétype de corruption spirituelle. Lorsqu’elle se manifeste sous une forme quelconque, la fraude et la tromperie sont omniprésentes, à la vue de tous, et se font passer pour la vérité. Il est intéressant de noter que Borasisi gouverne les mensonges en général, mais surtout les mensonges qui sont transmis au nom de la religion, et les mensonges qui sont racontés pour renforcer notre dépendance au dogme religieux et notre obsession pour la science et la technologie”.

Je n’ai pas besoin de vous dire ce qui s’est passé à Washington DC la semaine dernière. Je suis sûre que vous avez eu votre dose de ce que les médias, traditionnels ou non, diffusent. Bien qu’il puisse être utile d’être à l’écoute de ces choses, dans un cas comme dans l’autre, on peut se demander si on obtient toute la vérité, et rien que la vérité. Un flux d’informations est aussi sujet à la corruption qu’un autre. Avec l’Atlantide, le Sphinx, Apollon et le Milieu du Ciel qui font du ski nautique derrière Borasisi, un organisme dont le seul but est de tirer pleinement parti de notre ignorance et de nous conduire directement en enfer au nom de la religion, tout ce que je peux dire, c’est « enfumage diabolique ».

En gardant tout cela à l’esprit, considérez ceci : l’astéroïde Pandore est maintenant stationné au Milieu du Ciel avec Sphinx, Atlantis et Apollo. Borasisi s’oppose fermement à chacun d’eux, comme auparavant, mais avec un atout supplémentaire : Borasisi a été rejoint par Achille. Cela suffirait à rendre le monde complètement fou, mais devinez quoi ? L’astéroïde Chaos est en train de mettre en place un système de “rentre-dedans” – et – Apophis a déménagé au Milieu du Ciel.

Voyons si nous pouvons donner un sens à tout cela. Pandore est la “boîte de Pandore”. C’est son travail de remuer les choses. Lorsque Pandore se retrouve dans une situation truffée de secrets et de mensonges, elle en arrive à “vendre la mèche”, d’une manière qui fait sauter le couvercle d’un ensemble de circonstances déjà insensées. (Vendre la mèche ? Entre autres choses, une longue liste de documents scellés a déjà été rendue publique, et d’autres vont entrer dans le domaine public dans les prochains jours. Si cela vous paraît nouveau, faites quelques recherches)

Avec Borasisi en place pour compliquer les choses, le niveau de confusion passe au énième degré, ce qui est intensifié car personne ici n’en a la moindre idée. S’il y a une vérité à découvrir, elle est obscurcie par le fait qu’aucun d’entre nous ne l’a aperçue depuis si longtemps, nous ne pourrions pas l’identifier si elle s’avançait et nous éclatait au visage. Maintenant qu’Achille s’est montré pour tenir la main de Borasisi, il est évident que notre “point faible” réside dans notre stricte adhésion à un ensemble conscient de mensonges qui nous ont été racontés pour nous convaincre qu’ils avaient quelque chose à voir avec la vérité. Il s’avère que des croyances bien ancrées, auxquelles nous avons tous strictement adhéré depuis la nuit des temps, se révèlent actuellement fausses.

Faut-il s’étonner que les choses soient un peu chaotiques ? Ce qui me fait penser : tout ce qui précède est amené et écartelé par l’astéroïde “Chaos”. Pas de blague – vous ne pouvez pas inventer ça. Dans un monde où la certitude est plus précieuse que l’or, le chaos est comme une mouffette qui pue à une garden-party. Néanmoins, il est actuellement la charnière sur laquelle se balance ce conglomérat d’aspects.

Ce que nous ne savons pas du Chaos pourrait remplir un livre. En remontant à ses origines, nous découvrons rapidement que le Chaos régnait avant la formation du monde. Contrairement à un concept négatif et effrayant, c’est en fait le Grand Vide, ou les Eaux de l’Abîme, d’où émerge/est sorti tout ce qui est dans la création.

Si nous trouvons tout ce chaos accablant, c’est tout à fait compréhensible. Ce que nous devons garder à l’esprit, c’est que le chaos règne chaque fois qu’un tout nouveau monde est sur le point de naître. Oui, c’est sûr ; les choses sont un peu folles en ce moment – mais ne désespérez pas – nous sommes en train de passer par le couloir de la naissance ; ce n’est pas le moment de pleurer, ou d’être coincé par la peur.

En avez-vous assez de moi ? Eh bien, devinez quoi ? Il y a encore une chose. Il s’agit d’Apophis. Apophis est le Dieu du Chaos, et il se trouve qu’il est à quatre-vingt-dix degrés du Chaos en conjonction avec le Milieu du Ciel dans le paysage de cette semaine. Nous avons parlé d’Apophis plus d’une fois, mais revenons sur ce sujet.

Les légendes égyptiennes nous disent qu’Apophis était en fait un ancien dieu du Soleil, qui a été écarté lorsque Râ est né. En ce qui concerne son apparence, Apophis avait la forme d’un serpent géant. Surnommé “lézard maléfique” ou “serpent du Nil”, Apophis était le rival de Râ. Comme Apophis ne voulait pas que Râ réussisse sa tâche de porter le Soleil dans le ciel chaque jour, les histoires les plus connues d’Apophis se concentrent sur ses escarmouches régulières avec le Dieu Soleil. Chaque jour, au coucher du soleil, Râ et le Soleil disparaissaient sous l’horizon. Pendant son séjour aux enfers, Apophis émergeait des profondeurs et faisait tout ce qui était en son pouvoir pour détruire Râ et empêcher le Soleil de se lever à nouveau. Apophis règne sur le “Chaos” et les deux archétypes sont toujours en jeu lorsque les forces de la lumière et les forces des ténèbres s’engagent dans un combat mortel pour décider du sort de l’humanité.

Nous voilà donc ici, dans le présent, avec nos masques et nos gants en caoutchouc, avec l’ordre de rester à 2 mètres de distance, en nous demandant ce qui se passe, et, pour la plupart, totalement inconscients du fait qu’une bataille titanesque pour la planète est en cours. Ce qui se passera ou non dans la semaine à venir est la question brûlante du jour. Comme je l’ai dit au début, je n’ai pas à dire “Peuh” sur la façon dont tout cela va se passer – mais je sais que la lumière prévaut toujours et que tout est entre les mains de Dieu.

En attendant la prochaine fois, laissez-moi vous quitter avec quelques chansons. L’une d’entre elles est de mon ami Larry, à Seattle. C’est un aficionado de Dylan, et un être humain merveilleux. L’autre chanson est l’une de mes préférées de tous les temps, datant de 1967. Passons maintenant aux Chambers Brothers, plus âgés, plus sages et meilleurs que jamais.

“POLITICAL WORLD” – Bob Dylan – 3+ Minutes

“TIME” – Réunion des frères Chambers – 10 minutes

Copyright – Cal Garrison : 2021 : ©

À la prochaine fois – XOXOXOXO

Copyright – Cal Garrison : 2021 : ©

Liens : Le site web de Cal GarrisonLa biographie de l’astrologue