Publié par

Échantillon de lecture “Lumières d’exil”

Couverture LUMIERES D'EXIL

Christian Faure

Lumières d’exil – un disciple de Swami Prajnanpad chez Einstein, Freud et Gorki

Roman initiatique avec une préface de Gilles Farcet

Couverture LUMIERES D'EXIL

Ces carnets imaginaires rapportent l’histoire vraie d’un jeune révolutionnaire indien qui fuit l’Inde de 1930 comme passager clandestin confiné sur un paquebot italien. Dans une Europe au bord du précipice, il rencontre trois personnages clefs de l’histoire, Gorki, Einstein et Freud, génies plus ou moins proches de l’exil.

Riche d’un parcours professionnel éclectique mais toujours centré sur l’autre, Christian Faure exerce aujourd’hui comme psychologue. Après une dizaine d’années de méditation, en 1989 il devient élève d’Arnaud Desjardins dont le maître en Inde était Swami Prajnanpad.

Date de publication : 5 juillet 2020

Broché – 258 pages – 19 €

ISBN 979-10-91413-82-4


Extrait de la préface de Gilles Farcet

Extraits de Brahmane bengali nourri de sa tradition hindoue en même temps qu’universitaire aussi bien scientifique que littéraire, Swami Prajnanpad est, non seulement un sage au sens d’un être spirituellement accompli, mais bien un génie en cela qu’il reformule à sa manière unique et novatrice des vérités millénaires, vérités intemporelles auxquelles il donne une application contemporaine. La parole des rishis des Upanishads ou de l’auteur du Yoga Vasishta prend un sens neuf à travers l’approche de ce swami à la fois si imprégné de son héritage et si peu orthodoxe.

L’une des particularités de Prajnanpad est de s’être très tôt à la fois intéressé à la politique (il eût pu faire une grande carrière en son pays et demeura toute sa vie en contact avec des proches de Gandhi puis du pouvoir en place), à la science, de par ses études, et à Freud qu’il tenait pour « vaillant héros » et dont il fut une forme d’adepte précurseur en Inde. Au point, comme l’évoque bien ce livre, de s’inspirer de sa méthode pour proposer à ses propres élèves une forme d’introspection profonde s’inscrivant dans l’ensemble d’une « sadhana » ou ascèse menée sous sa direction.

La démarche de Christian Faure est simple dans son audace, ainsi qu’il s’en explique dans son « entame » : partir d’un fait documenté – la fuite en Occident d’un jeune révolutionnaire disciple de Prajnanpad qui devait rencontrer Gorki, Einstein et Freud, sur le divan duquel il s’allongea, tout en demeurant sa vie durant en lien épistolaire avec son maître indien — et, à partir de là, oser la fiction avec tout ce qu’elle permet.

Extrait de l’entame

Dans Psychanalyse et sagesse orientale de Daniel Roumanoff un court paragraphe nous dit :

« Un disciple de Swami Prajnanpad, Satyanarain Simha, jeune révolutionnaire indien a dû s’enfuir de l’Inde comme passager clandestin vers 1930 sur un paquebot italien. Débarqué à Naples, il a été accueilli par l’écrivain russe Gorki à Capri, qui l’a envoyé à Berlin avec une lettre de recommandation à Einstein. Celui-ci l’a envoyé chez Freud à Vienne, auprès duquel il est resté en psychanalyse un certain temps. Satyanarain aurait échangé avec Swâmi Prajnanpad plus de mille lettres couvrant la période de 1920 à 1974. »

Quelle incroyable destinée ! De quelle façon ces trois figures marquantes du XXsiècle ont-elles accueilli ce jeune étranger ? Quels échanges ont-ils bien pu avoir ? Quelles confrontations d’idées et d’expériences ont-ils pu connaître ? Se sont-ils intéressés à l’enseignement de son maître ? Comment cet Indien l’ a-t-il assimilé cet enseignement et dans quelle mesure cela lui a-t-il permis de s’adapter à cette aventure ?…

Parti de ces quelques lignes et après plusieurs années d’hésitation, j’ai simplement, sur la base de mes lectures, de ma pratique de cet enseignement et de mon expérience professionnelle, cherché à comprendre les acteurs centraux de cet ouvrage et à imaginer leurs réactions au contact de cet enseignement indien à la fois classique, par ses références, et iconoclaste, par son approche. J’ai aussi cherché à décrire la manière dont un jeune Indien, formé dans la tradition et inscrit dans une perspective de changement social, culturel et spirituel, pouvait réagir au contact de la société européenne de 1930 et de ces interlocuteurs.

Extraits du premier Carnet – Maxime Gorki

Jour après jour, le paquebot avance et moi aussi j’avance dans mes réflexions. Je vois comment la faim induit mes pensées. Je reviens sans cesse sur mon agression.

J’ai frappé encore et encore ce policier sikh. Sans les coups de sifflet de son collègue, je l’aurais peut-être tué. Moi qui suis Gandhi depuis des années, moi qui mets en pratique ahimsa, la non-violence, moi qui cherche à suivre l’enseignement de mon professeur, Yogesh Babu, et donc à ne pas être emporté par mes émotions, je suis devenu pendant de longues secondes un possible assassin. Mes certitudes sur moi-même en ont pris un sale coup. S’il est vrai que le chemin vers soi-même commence par une série de mauvaises nouvelles, celle-ci est à ce jour la plus importante et de loin.

Mais qui suis-je donc pour revenir à cet état de fauve ? Le non-violent n’est qu’une belle façade ? J’ai voulu jouer à la grande âme1 mais en réalité j’ai fait le tigre fou. Alors quand j’écris « moi » de qui est-ce que je parle ?

Une série de phrases de Yogeshwar revient en boucle dans ma tête : « Celui qui se sent blessé ne peut pas s’empêcher d’être agressif. La victime réagit en assassin. Aussi la victime et l’assassin sont les deux faces opposées, les deux aspects de la même expérience… Vous ne voulez pas tuer ? Essayez simplement de vous libérer de votre sentiment d’être une victime.  »2 Ces phrases sont trop difficiles à supporter pour moi, j’ai tant été blessé dans mon enfance.

Et pourtant je n’arrive pas à me libérer du tort que j’ai causé par ce geste de violence.

1Mahatma en sanskrit.

2Daniel ROUMANOFF, Swami Prajnanpad, ABC d’une sagesse, Paris, Albin Michel, 2009, p 149.

à suivre

Publié par

L’importance de l’âge en Astrologie

d’Alexander Ruperti

Le moyen le plus simple, mais non l’unique, pour étudier la structure du développement humain, est de fonder notre analyse sur un cycle de 7 ans. Nous sommes familiarisés à compter la moyenne de vie d’un homme sur soixante-dix ans. Bien que les humains puissent vivre plus longtemps, soixante-dix ans paraissent être un cadre significatif.


Alexander Ruperti fut un célèbre astrologue (ostéopathe de profession) né le 23 mai 1913 à Stuttgart (Allemagne) et mort le 23 janvier 1998 en Suisse. Il fut très marqué par Dane Rudhyar. En 1984, Alexander Ruperti fonda le Réseau d’Astrologie Humaniste (RAH).

Publié par

Extraits ‘Les quatre directions’

Couverture de "Les quatre directions"

Un Guide du chamanisme contemporain

de Daan van Kampenhout

Introduction

Les Occidentaux ont pu découvrir les quatre directions grâce aux enseignements de différentes cultures d’Amérique du nord (ou des Amériques). Outre les Amérindiens qui ont introduit ces savoirs, beaucoup d’autres peuples connaissent ou ont connu la nature des directions. Toutes les tribus chamaniques de Sibérie et de Mongolie possédaient ainsi leurs propres versions de la roue. En Europe, les chamanes des peuples Sami de Laponie peignaient les quatre directions sur leurs tambours sacrés. Les initiés des tribus celtiques avaient connaissance des directions, ce dont les écoles druidiques modernes se souviennent encore (ou du moins en partie). Après une recherche attentive, on s’aperçoit que toutes les cultures pré-industrielles et pré-chrétiennes ont eu une certaine expérience des directions en tant que pouvoirs spirituels.

Continuer la lecture de Extraits ‘Les quatre directions’
Publié par

Recensions de Kodo Sawaki – À toi

Printemps 2020 – Sagesses bouddhistes – Le Mag, n° 13


29/12/2019 · BouddhaNews

Ce livre, réalisé grâce au travail de plusieurs pratiquants zen, rassemble les meilleurs enseignements de Kodo Sawaki (1880-1965), surnommé Kodo sans demeure. Le maître de Taisen Deshimaru n’a pas démarré sa vie sous les meilleurs auspices. Orphelin très jeune, il entre au monastère où il commence la pratique du zazen.

Continuer la lecture de Recensions de Kodo Sawaki – À toi
Publié par

Horoscope hebdomadaire de Cal Garrison

Horoscope de la semaine du 24 octobre 2020

Eh bien, nous arrivons à Halloween, ce qui, dans mon monde, signifie que nous sommes à l’aube de ce que les gens considèrent comme le Nouvel An “païen”. Quiconque cherche à savoir comment le présent et le passé sont liés sait que, jusqu’à ce que le pape Grégoire et les puissances en place décident de réorganiser notre relation au temps, le 31 octobre a marqué la mort d’un vieux cycle et le début d’un nouveau.

Si nous associons actuellement Halloween à des costumes, des bonbons et des citrouilles sculptées, c’est parce que la vérité sur presque tout a été enveloppée et mise en sécurité “là où le soleil ne brille pas” pour une période plus longue qu’aucun d’entre nous ne peut s’en souvenir. Ceux d’entre vous qui remettent cela en question sont les bienvenus, mais avant de l’oublier, faites votre devoir. Comme l’a dit un jour Wayne Dyer : “L’ignorance ultime est le rejet de quelque chose dont vous ne savez rien, mais sur lequel vous refusez d’enquêter”.

En tenant compte de ces réflexions et en gardant à l’esprit que la nuit d’Halloween, il y aura une pleine lune sur l’axe Taureau-Scorpion, il serait peut-être temps de creuser un peu plus l’essence de ce qui se passe réellement en ce moment. Parce qu’il ne s’agit pas de politique, et pas seulement de nous en tant qu’individus et de ce qui nous préoccupe dans notre vie quotidienne – ni des dernières nouvelles, de l’économie ou de la débâcle de Corona. Étendez votre esprit assez loin pour qu’il s’articule autour de l’idée que “Il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre, Horatio, qu’on n’en rêve dans votre philosophie” (Shakespeare – Hamlet)

Je pourrais regarder les étoiles et vous donner mon point de vue sur ce que font les planètes, mais je ne vous ferai pas perdre votre temps à faire des pronostics ou à prétendre que j’ai le scoop sur la façon dont tout cela va se dérouler. Je vous dirai que je suis anxieuse et que j’attends avec impatience depuis un certain temps, en attendant l’aube. Pendant cette période de tension, beaucoup de choses se sont embrouillées – l’atmosphère générale est tellement polarisée qu’elle a divisé toutes mes relations proches, au point que le mieux que nous puissions faire est d’accepter d’être en désaccord et de nous taire sur ce que nous ressentons vraiment – ce qui ne laisse aucune place pour parler d’autre chose que du temps, et de garder nos distances.

Si la réalité extérieure semble se décoller, c’est parce que ce qui a été caché pendant au moins 13 000 ans remonte à la surface et remplace les montagnes de ténèbres et d’ignorance par la véritable histoire, quelle qu’elle soit. Nous n’avons pas de précédent pour cela. C’est comme si la Terre était une énorme Piñata, et que Dieu venait d’apparaître pour défoncer toute la boule de cire, pour ensuite dévoiler toutes sortes de secrets et de mensonges dont nous ignorions l’existence. Tout le monde sur la planète perd la tête. L’âme collective est dans un état de dissonance cognitive.

Si vous vous demandez pourquoi nous avons du mal à nous entendre avec nos proches, c’est parce que même ceux qui pensaient avoir tout compris sont en train de découvrir que nous n’avons jamais compris ce qui se passe réellement. Passer de la certitude sur tout ce qui se passe à l’aveu que nous sommes complètement perdus rend les relations difficiles. Pour sauver la face, nous prenons parti et nous nous disputons pour savoir qui a raison et qui a tort.

P.S. : ce n’est pas un débat – et ce n’est pas une répétition générale – nous sommes au centre de ce qu’ils voulaient dire quand ils ont parlé du Kali Yuga, ou écrit le Livre de l’Apocalypse, ou les prophéties Hopi, ou la légende du Ragnorök (ou Crépuscule des Dieux). Ne perdez pas votre temps à argumenter, cela ne fait qu’empirer les choses, et Dieu sait que nous sommes au-delà de cela :

«  Nous sommes à l’aube d’un incroyable changement global. Un carrefour où nous prendrons des décisions qui influenceront la vie sur Terre pendant une bonne partie de ce que nous appelons le temps. Nous pouvons ouvrir les portes des prisons mentales et émotionnelles qui ont confiné la race humaine pendant des milliers d’années. Sinon nous pouvons permettre aux agents de ce contrôle de mener à bien leur programme d’asservissement mental, émotionnel, spirituel et physique de chaque homme, femme et enfant de la planète avec un gouvernement mondial, (et une) banque centrale et une monnaie, étayés par une population ‘micropucée’ » (The Biggest Secret – David Icke)

Au lieu d’ajouter à notre confusion, c’est juste mon avis, laissez-moi vous offrir quelque chose d’utile, quelque chose avec lequel vous pouvez travailler. À moins que vous ne soyez un démon d’une réalité alternative, sous tout cela, je suis presque sûre que nous voulons tous la même chose. Si un monde nouveau et meilleur est sur votre liste, et que vous pensez que nous créons notre propre réalité, la méditation qui suit vous aidera à faire naître ce qui est notre plus grand bien. Avant que vous ne vous lanciez dans cette aventure, elle vous aidera également à vous rappeler que –

L’esprit n’a que des questions, le cœur n’a que des réponses

INSTRUCTIONS POUR ALLER DANS LE CŒUR

Au début, lorsque vous vous y habituerez, il serait peut-être bon de commencer par fermer les yeux et de ralentir votre respiration suffisamment longtemps pour installer votre conscience dans votre crâne, ou dans votre tête. Sentez ce que vous ressentez à l’intérieur de votre tête. Restez là pendant un moment et ressentez-le complètement.

Maintenant, déplacez votre conscience vers votre cœur et faites la même chose. Sentez ce que vous ressentez dans votre cœur. Restez là pendant un moment. Ensuite, retournez entre le cœur et la tête plusieurs fois et voyez s’il y a une différence. Vous n’aurez pas à faire cela à chaque fois que vous irez dans votre cœur, mais c’est un bon exercice.

Faites le nettoyage du MerKaBa, véhicule de Lumière et le souffle de l’Unité (ou, quelle que soit la forme de méditation que vous suivez). À partir de cet état d’expansion, lorsque vous vous sentirez prêt, amenez votre conscience à votre tête et ressentez-la. Après avoir fait cela, séparez mentalement votre tête du reste de votre corps : placez-la au-dessus de vous. Vous devez le faire temporairement car l’esprit est très peu utile lorsque vous êtes dans l’espace du cœur en train de créer. Vous rattacherez votre tête à la fin de la méditation et il est très important de le faire.

La tête étant séparée, amenez maintenant votre conscience à l’ouverture de votre cou. Laissez votre conscience voyager dans votre gorge et déplacez-la vers votre poitrine et votre cœur. Maintenant, tenez-vous devant votre coeur et quand vous êtes prêt, allez dans votre coeur. Vous pouvez visualiser le champ toroïdal autour du cœur et permettre à votre conscience de se déverser dans le vortex au sommet du cœur – ou vous pouvez simplement vous glisser directement dans le cœur en créant une ouverture dans la paroi extérieure du cœur et en la faisant glisser.

Lorsque vous entrerez dans votre cœur, il fera probablement très sombre. Si c’est le cas, demandez à ce que la lumière vienne. Notez l’endroit où vous êtes. Ce qu’il y a à l’intérieur de votre cœur. Il y a une chambre à l’intérieur de votre cœur qui est très ancienne et très vieille. Vous la connaissez parce que vous y êtes allé de nombreuses fois. C’est l’espace où vous allez entre chaque vie.

Prenez note de votre état lorsque vous vous trouvez dans cet espace et notez à quoi ressemble votre cavité cardiaque. Il s’agit généralement d’une petite pièce ou d’une sorte de grotte, mais cela peut être différent pour vous. Soyez ouvert à tout ce qui vous entoure et ne vous attendez pas à ce que cela se passe d’une manière particulière. Une fois que vous êtes dans cet espace, vous pouvez TOUT faire. Vous pouvez inviter le moi supérieur de toute personne avec laquelle vous souhaitez communiquer à entrer dans cet espace, lui parler et écouter ce qu’elle vous répond. Vous pouvez poser n’importe quelle question et obtenir des réponses. Les réponses ne seront pas nécessairement sous forme de mots. Elles peuvent venir sous forme d’images. Soyez ouvert à toutes les possibilités qui s’offrent à vous. Cela n’a pas d’importance. C’est votre propre expérience. Laissez-vous aller et regardez les choses se dérouler.

Vous pouvez également créer à partir de cet espace et définir n’importe quelle intention que vous souhaitez pour vous-même ou pour le monde. C’est un très bon endroit pour visualiser la paix et l’harmonie dans le monde. Tout ce qui est créé dans le cœur est créé à partir d’un lieu d’unité et d’unicité. Le cœur est le lieu de l’Unité, contrairement à l’esprit, qui est toujours polarisé et donne des résultats polarisés.

Restez dans votre cœur aussi longtemps que vous le souhaitez. Vous saurez quand il est temps de vous arrêter. Je vais dans mon cœur chaque fois qu’il y a quelque chose dans ma vie dont je ne trouve pas la réponse, ou chaque fois que je veux guérir quelque chose, que ce soit moi-même, ou une relation, ou tout autre type de situation. Il n’y a pas de limite à ce qui est possible dans cet espace. Les réponses que vous obtenez et les expériences que vous vivez sont plus réelles que vous ne pouvez l’imaginer. Ne négligez rien de ce qui se passe ici. Tout est réel.

Lorsque vous sentez qu’il est temps de retourner dans le monde, laissez votre conscience sortir du cœur comme elle y est entrée et permettez-lui de remonter à travers la poitrine jusqu’à la gorge. Lorsque vous arrivez à l’ouverture au sommet de la gorge, ramenez votre conscience à la tête et rattachez votre tête à votre cou. Lorsque vous vous sentez prêt, ouvrez les yeux et revenez à la 3D.

Je tiens un journal de toutes mes expériences lorsque je me rends dans l’espace cardiaque et que je constate que cela m’aide. Si vous vous sentez attiré par cette expérience, allez-y, mais ce n’est pas nécessaire. J’ai vingt ans d’expériences enregistrées de choses qui se sont passées quand j’étais dans mon coeur et je les trouve très intéressantes à regarder rétrospectivement.

Utilisez ce processus chaque fois que vous le souhaitez. C’est un outil formidable. Je trouve qu’il fonctionne aussi bien que n’importe quelle guérison que je reçois d’un praticien et il est très utile pour m’aider à voir où je suis bloquée et à dégager ce qui me gêne.

J’espère que cela vous aidera autant que cela m’a aidée.

………………………….

La semaine prochaine sera forcément énorme, alors bouclez votre ceinture. Je me joins à votre rêve pour tout ce qui est dans notre plus grand intérêt, et je vous souhaite à tous un joyeux Halloween. A la prochaine fois… une petite musique pour vous…

Plus de 8 minutes

https://www.youtube.com/watch?v=DqacrSa4jmA

(Ce lien n’est pas “en direct”. Pour écouter cette chanson, vous devrez couper et coller le lien dans votre barre des tâches)

Liens : Le site web de Cal Garrison La biographie de l’astrologue