Publié par

Recensions de Kodo Sawaki – À toi

Printemps 2020 – Sagesses bouddhistes – Le Mag, n° 13


29/12/2019 · BouddhaNews

Ce livre, réalisé grâce au travail de plusieurs pratiquants zen, rassemble les meilleurs enseignements de Kodo Sawaki (1880-1965), surnommé Kodo sans demeure. Le maître de Taisen Deshimaru n’a pas démarré sa vie sous les meilleurs auspices. Orphelin très jeune, il entre au monastère où il commence la pratique du zazen.

Continuer la lecture de Recensions de Kodo Sawaki – À toi
Publié par

Horoscope hebdomadaire de Cal Garrison

Horoscope de la semaine du 23 Janvier 2021

Cet article est écrit sous la lumière d’une lune gémeaux. J’espère que l’intensité de la semaine dernière nous verra sortir de l’autre côté de tout cela en un seul morceau. La vie va-t-elle s’installer ? Je suis prête à parier que les choses vont devenir plus folles que jamais – attendons de voir ce qu’il en est. Pour l’instant, je veux utiliser cet article pour parler de ce qui se passe au niveau individuel lorsque la loi du temps introduit des aspects natals difficiles dans des transits et des progressions qui nous rendent chèvre.

Ce qui suit provient de la carte du ciel d’une femme qui est venue me voir pour la première fois, en 1976. À 28 ans, tout ce qui concernait cette femme était beau comme une image. Elle venait d’un milieu parfait, de la classe moyenne supérieure, elle avait une bonne éducation, ainsi qu’une belle apparence, une bonne santé et “tout ce qu’il faut”. Mariée et mère de trois enfants, elle a été très tôt un modèle de ce à quoi ressemblent les images d’une vie idéale pour la plupart des gens.

Comme nous le savons tous, rien n’est jamais ce qu’il semble être. En regardant son thème, je pouvais voir que sous la perfection apparente, il y avait une profonde couche de charge karmique dont elle n’avait pas encore tenu compte. Au moment de notre séance, la petite Miss “les choses bien en main” se précipitait tête baissée dans une série de transits à provoquer une dépression nerveuse chez une personne de deux fois son âge et plus expérimentée. Permettez-moi de vous présenter ses aspects natals avant d’aborder le naufrage des transits qui, à ce moment-là, pesaient sur sa vie :

  • Elle est née avec une conjonction Pluton/Vénus, en Lion. En soi, cet aspect indique que toutes ses leçons les plus difficiles sortiront du champ des relations, avec des effets secondaires qui se répercuteront dans le domaine financier.
  • Cette conjonction Vénus/Pluton faisait partie de ce que l’on appelle en astrologie un “Stellium”. Un stellium est défini comme cinq corps planétaires ou plus, tous à dix degrés d’écart les uns des autres. Outre Pluton et Vénus, son stellium comprenait Apollon, Toro, Lilith, Siwa, Haumea, Thereus, Deucalion, Mbabamwanawaresa, (la déesse zouloue de la pluie) Zeus, Hygeia, Handley, Hopi, Malpighi, Apophis et Industria ; un total de dix-sept corps, tous en Lion, tous dans la Deuxième Maison. Nous pourrions disséquer cet enchevêtrement de liensl’un après l’autre, mais disons simplement qu’elle est arrivée dans cette vie avec des problèmes relationnels impossibles qui m’ont fait me demander comment, au nom de Dieu, elle s’est retrouvée mariée, avec trois enfants, à un si jeune âge.
  • Pour compliquer les choses qui étaient déjà assez cembrouillées au départ, les dix-sept corps énumérés ci-dessus formaient un carré dur à Mars, Minerve, Pandore, Dionysos, Psyché, Chiron, Chariklo et son Nœud Sud, tous en Scorpion, tous dans la Cinquième Maison. Ce dispositif était absolument insensé. À l’exception d’une seul thème, celui d’un guitariste canon avec cinquante planètes et corps regroupés dans un stellium en Bélier, dans la Dixième Maison, en cinquante ans d’exercice de l’astrologie, je n’ai jamais rien vu de tel de ma vie.
  • Vous aurez peut-être du mal à le croire, mais, en s’opposant à son stellium du Scorpion et en quadrillant son stellium du Lion, un troisième stellium du Taureau a ajouté quelques complications supplémentaires au mélange. Son stellium de Taureau inclus : Hidalgo, Child, Kronos, Praamzius, Varuna, Nessus, Bienor, et son Nœud Lunaire Ascendant, tous dans le signe du Taureau, dans la Onzième Maison.
  • Et enfin, avec Achille assis à dix degrés du Verseau, trente-trois corps tranchaient et découpaient l’astéroïde qui incarne la plus grande faiblesse d’un individu. Avec autant d’influences qui écorchent son talon d’Achille, perché à une extrémité de l’axe qui régit l’écart entre, d’une part, la mesure dans laquelle nous nous apprécions et, d’autre part, la mesure dans laquelle nous sommes appréciés par les autres, il m’était difficile de savoir quoi dire. Déjà, ce qui me rendait la tâche encore plus difficile, c’était le fait que le reste de ce désordre incompréhensible se trouvait sur l’axe qui régit la façon dont l’amour est donné et reçu. Tout transit ou progression qui passerait par ce maelström d’aspects serait sûr de décimer la vie parfaite et exemplaire de cette femme.

Comme je l’ai dit plus tôt, la conjonction Pluton/Vénus aurait suffi à elle seule pour dire à n’importe quel astrologue que cette fille avait un karma relationnel lourd. Cependant : beaucoup de gens naissent avec la conjonction Vénus-Pluton – ce n’est pas un aspect rare. Si l’inclusion de tous les autres astéroïdes et points semble gratuite, je les énumère pour vous montrer que ce qui allait arriver à cette femme n’était pas quelque chose à quoi on pouvait remédier avec une séance d’astrologie, une dose d’auto-assistance, un peu de conseils amicaux ou une visite chez le psy. Les prochains transits de Saturne et d’Uranus étaient sur le point de frapper l’ensemble de la configuration, de toutes les directions. Imaginez un bébé, se baignant tout nu dans un tsunami – même s’il était plus âgé et savait nager, les chances qu’il soit capable de surnager lors de son premier retour de Saturne, et la conjonction d’Uranus avec son stellium de Scorpion sans perdre un instant tout jouait contre lui.

À 28 ans, avec moins de trois décennies d’expérience de la vie, elle n’était pas en mesure de faire face à ce qui équivalait à un carambolage planétaire de dix voitures, et je n’ai rien pu faire pour la préparer à cela. À quelques années seulement son aînée, je n’avais pas vécu assez longtemps, et je n’étais pas assez sage pour savoir quoi dire. La vérité est que je n’avais pas à la conseiller, mais elle m’a demandé mon soutien avant que j’aie eu la chance de voir à quoi j’avais affaire. Quand nous en sommes arrivées là, je ne pouvais pas refuser.

Les détails sur la façon dont les choses se sont déroulées à partir de ce moment-là pourraient remplir un livre – ils sont également confidentiels et ne peuvent pas être révélés. Le mieux que je puisse faire est de vous dire qu’au cours d’une journée, elle n’a rien emporté avec elle et est sortie de sa vie parfaite. Ce choix a été une chute vertigineuse qui a rompu le lien avec tout ce qu’elle avait connu. Sa famille et ses amis ont été tellement stupéfaits par ses actes qu’ils l’ont complètement abandonnée et ne sont pas revenus vers elle avant quinze ans. Au lendemain de ce déraillement astrologique, elle a atterri dans un monde de personnes et de situations qui lui étaient complètement étrangères. Tout cela était trop grand et trop sombre pour qu’elle puisse même commencer à le comprendre. Pour faire court, les répercussions d’une décision prise lorsqu’elle était trop jeune ont tout bouleversé dans sa vie, et se sont répercutées jusqu’à la fois suivante où je l’ai rencontrée en 2006, vingt-huit ans plus tard.

Notre première séance a eu lieu lors de son premier retour de Saturne. Notre deuxième session a eu lieu au milieu de son deuxième retour de Saturne. Le temps et l’expérience sont les seuls professeurs ici, et heureusement, à ce moment-là, nous étions toutes les deux plus âgées et plus sages. Saturne est le gardien ici dans la troisième dimension et ses cycles nous valent un doctorat dans tout ce que notre âme est venue apprendre du cœur de la création. Si notre premier retour de Saturne nous confronte au mur de briques de nos problèmes primaires, le deuxième retour de Saturne nous donne l’occasion de voir si vingt-huit autres années de temps et d’expérience nous ont appris quelque chose. À cinquante-neuf ans, la femme qui avait quitté sa vie parfaite à vingt-huit ans était sur le point de faire une sortie audacieuse d’une histoire d’amour de huit ans avec un homme marié. La raison pour laquelle elle m’a consultée se résumait à cette question : “Qu’est-ce qui ne va pas chez moi ? Pourquoi n’ai-je jamais réussi à faire les choses correctement dans le domaine de l’amour ?

Le problème de la vie dans la troisième dimension est que nous sommes amenés à croire que notre objectif de vie doit inclure la rencontre avec un partenaire et le fait de rester avec lui pour toujours. Cette croyance est profondément ancrée dans l’inconscient collectif, à tel point que même lorsque nous rencontrons un échec après l’autre dans ce domaine, nous continuons à nous cogner la tête contre le même vieux mur. Ce qui n’arrive jamais à la plupart des gens, c’est qu’il y en a parmi nous qui ne se sont pas incarnés pour vivre l’amour selon la prescription standard. Lorsque ces gens s’accrochent à l’idée qu’ils doivent absolument trouver comment s’adapter à ce moule, ils interfèrent avec leur croissance spirituelle et s’empêchent de savoir ce qu’est l’amour une fois qu’il transcende la dualité.

Au moment où la femme en question me demandait “Qu’est-ce qui ne va pas chez moi”, je lui répondis : “Vous est-il venu à l’esprit que quelque chose ne va pas chez vous ? Peut-être que vous ne pouvez pas faire ce que tout le monde fait parce que vous êtes venue ici pour faire autre chose en matière d’amour. Si après cinquante-neuf ans, vous ne savez pas ce que c’est, c’est peut-être parce qu’il n’y a pas de modèle pour cela – et qui sait ? Votre but pourrait être moins de trouver un petit ami que de créer un modèle pour ce qui arrive à l’amour lorsque nous trouvons un moyen de pénétrer ses limites”.

J’ai poursuivi en disant : “Nous ne faisons que répéter du bout des lèvres l’idée que “l’amour est tout ce qu’il y a” sans réaliser ce que cela signifie. Nous n’en sommes pas seulement faits, nous nageons dans une mer d’amour. L’amour n’est pas en dehors de nous, il n’est pas non plus limité à ce qui se passe entre nous et un autre individu. Vous pouvez avoir le cœur brisé, mais en dehors de cela, vous êtes quelqu’un dont les épreuves et les difficultés vous ont conduit sur un chemin spirituel. Après toutes ces années, est-il possible qu’une partie de votre but spirituel consiste à faire partie du “noyau de la découverte” de l’amour, seriez-vous une pionnière qui a été envoyée ici pour en explorer les limites extérieures ? Serait-ce à vous de tracer une voie dans des domaines d’expérience qui se situent au-delà de la dualité, et en dehors des limites de l’amour humain ? Je ne parle pas de la polyamorie ; laissez-moi tranquille. Il s’agit de quelque chose de tout à fait différent. Vous êtes bien conscient du fait que nous nous élevons d’un niveau de conscience à un autre. Sachant que l’amour est tout ce qu’il y a, est-ce qu’il vous vient à l’esprit qu’en élevant collectivement notre vibration, ce que nous appelons “l’amour” va forcément s’étendre et commencer à vibrer à une toute nouvelle fréquence également ?

Elle ne savait pas quoi dire, alors j’ai continué en disant : “Il est temps de laisser tomber l’idée qu’il y a quelque chose qui ne va pas chez vous. Oui, vous êtes passée par là quand il s’agit de ce que nous appelons l'”amour”. Ce que vous avez du mal à croire, c’est que ces blessures et cette expérience sont plus précieuses que l’or. Souvenez-vous de ce que dit Rumi : “Vous devez continuer à vous briser le cœur jusqu’à ce qu’il s’ouvre”. Laisse ton cœur continuer à s’ouvrir. Ce que vous êtes vraiment se trouve quelque part à l’intérieur de toute la douleur que vous avez endurée. Toi, moi, nous tous qui sommes ici maintenant, nous avons découvert le chemin ; embrasse-le et ne te laisse pas enchaîner aux schémas du passé”.

Après quelques minutes, elle a dit : “J’aimerais pouvoir me pardonner toute la douleur et les ravages que j’ai causés aux autres le jour où j’ai quitté ma vie modèle”. J’ai dit : “Il n’y a rien à pardonner ; personne n’aurait pu résister aux vents de changement qui ont soufflé sur votre monde à ce moment-là”. Ce que personne ne savait, et encore moins vous, c’est que vous n’avez jamais été une femme ordinaire. Le coup de massue qui a frappé votre monde à l’emporte-pièce a ouvert la voie à un autre type de changement. Vous voici maintenant, et la femme qui a vécu tout cela est courageuse, sage et ouverte d’esprit, suffisamment pour guérir les malades, ressusciter les morts et empêcher les bombes de tomber. Installe-toi dans tes vêtements de grande fille et vas-y”.

À la prochaine fois – XOXOXOXO

Copyright – Cal Garrison : 2021 : ©

Liens : Le site web de Cal GarrisonLa biographie de l’astrologue

Publié par

Cal Garrison, astrologue

Cal Garisson

Cal GarissonBiographie

J’ai commencé à étudier l’astrologie le jour de mon seizième anniversaire, lorsque mon père m’a offert un exemplaire de “The Coffee Table Book of Astrology”, c’est à dire, les bases de l’astrologie. C’était en 1964. Deux ans plus tard, j’étais tellement concentrée que j’ai abandonné ma carrière d’artiste pour me consacrer entièrement à l’étude de l’astrologie.

Continuer la lecture de Cal Garrison, astrologue
Publié par

Foire du livre et rencontres de libraires à Bruxelles

Librairie Tropismes

La Foire du livre de Bruxelles a eu lieu cette année. Une occasion pour nous de rencontrer Marie Gosse de Diffusion Nord Sud, notre distributeur en Belgique. Puis nous nous baladons dans le salon, longeant les longues allées du hall de brique rouge typiquement bruxelloises. Nous sommes contents de voir le stand des éditions Alain Bargain, premier ambassadeur des polars bretons, sinon pas de grandes surprises – sauf la salle de bandes dessinées qui ressemble un peu à une boite de nuit berlinoise.

Continuer la lecture de Foire du livre et rencontres de libraires à Bruxelles