Posted on

Hypnose ericksonienne par Kevin Finel

Auto-hypnose de Kevin Finel
Auto-hypnose de Kevin Finel

Il y a quelques dizaines d’années maintenant Milton Erickson a révolutionné la pratique de la psychothérapie et de l’hypnose en mettant au point une pratique simple, rapide et efficace qui permet d’intervenir directement sur les fonctionnements de notre inconscient. Ce sont ces techniques qui ont inspiré ce livre destiné à mettre à la portée de tous une façon d’intervenir facilement sur soi-même.

Un nombre impressionnant de réactions intéressantes

Notre cerveau est capable de produire un nombre impressionnant de réactions intéressantes et raffinées, c’est en fait une puissante machine à tout faire. Certain l’utilisent mieux que d’autres, ceux-là nous les appelons des “génies”. Ils ont pu, souvent sans même savoir comment, trouver une façon particulièrement adaptée d’utiliser un potentiel donné, dans un ou plusieurs domaines.

Il existe alors deux types de réactions possibles :

La plus courante, pratiquée par une immense majorité, est de regarder ces êtres exceptionnels avec admiration, mais sans agir. On peut croire que leurs facultés sont innées, cette vision des choses a au moins le mérite de rassurer.

D’autres personnes réagissent d’une façon opposée et recherchent la façon de reproduire les fonctionnements efficaces puis de les améliorer. Ces personnes pensent souvent que tout est possible, que la vie dépend de ce que l’on en fait. Ce type de tournure d’esprit n’est pas une disposition naturelle, cela s’apprend et se travaille, c’est la marque de ceux qui réussissent à donner vie à leurs projets, qui créent les événements.

Nous avons tous le même cerveau

Parmi les idées qui sous entendent la pratique de l’auto-hypnose, la première est que nous avons tous le même cerveau. Ce qui change c’est la façon avec laquelle nous avons appris à nous en servir. Cet apprentissage s’est fait de manière inconsciente, par la culture, l’éducation,les enfants modélisent leurs parents, famille, professeurs, amis et créent leurs fonctionnements en fonction de leurs expériences. Beaucoup de personnes essayent de changer consciemment, si c’est une possibilité, elle est pénible et longue, puisque contraire à ce qui se passe naturellement en nous. En connaissance de cause il ne nous manque plus qu’un levier, un moyen d’accéder à cet inconscient qui contient les mécanismes de changement. Avez-vous déjà songé à votre cerveau comme à un puissant ordinateur ?

Alors jusqu’ici il ne vous manquait que le manuel d’utilisation

Le manuel d’utilisation

L’auto-hypnose est avant tout une pratique. Il est possible de lire ce livre comme un livre ordinaire, mais cela serait inutile : une connaissance inutilisée ne vaut rien. Ce livre est construit comme un véritable manuel d’utilisation pour votre cerveau. Etape par étape vous apprendrez donc à agir sur vous même de plus en plus facilement et profondément. Laissez vous surprendre par la facilité, les choses les plus efficaces sont souvent les plus évidentes, et êtonnez-vous en testant ce que vous allez découvrir page après page.

Bien entendu tout ne convient pas à tout le monde, et vous allez vous sentir plus attiré par certains chapitres que par d’autres et peut être qu’un jour, en relisant certaines pages vous testerez ce que vous n’avez pas mis en pratique la première fois.

Enfin, même si ces techniques sont faciles il n’est pas certain que vous allez tout réussir du premier coup. Quand cela arrive, persistez, la seule manière d’échouer est de s’arrêter avant d’avoir atteint l’objectif fixé.

Des outils de changement et de programmation efficaces

Ce livre met à votre disposition des outils de changement et de programmation efficaces, cela signifie qu’ils peuvent, en étant correctement utilisés, avoir un impact positif considérable sur la vie de celui qui se les approprie.

Son but n’est ni de délivrer une doctrine ni une quelconque philosophie de vie, chacun peut adapter ces connaissances à ses propres croyances. Aussi vous n’y trouverez aucun conseil, aucune idéologie : vous êtes libre.

La démarche présentée est celle d’une conquête intérieure, d’une plus grande liberté et d’une parfaite autonomie. Elle peut se comparer par exemple à ce que signifie pour un enfant le fait d’apprendre à marcher : cela demande un certain nombre d’efforts, un apprentissage par l’expérience qui précède toute forme de théorie. Apprendre à marcher est essentiel et les répercussions en sont visibles tout au long de la vie

Si vous n’aviez appris à vous servir que d’un seul et unique bras, la découverte du second pourrait considérablement vous faciliter l’existence. Imaginez les conséquences possibles d’une connaissance plus profonde de votre cerveau et de sa façon de fonctionner.

L’hypnose Ericksonienne conçoit que chaque personne peut être libre

L’hypnose Ericksonienne conçoit que chaque personne peut être libre, les seules questions valables devant un choix sont : les conséquences seront-elles positives pour moi, et pour tout ce qui m’entoure ? Suis-je prêt à accepter le poids des décisions que je peux prendre ?

Gardez à l’esprit que d’une plus grande liberté découle aussi une plus grande responsabilité. Qu’allez vous faire de votre vie quand vous saurez non seulement que vous la contrôlez, mais aussi que vous pouvez lui donner la direction qui vous convient ?

Malgré les apparences cette démarche n’est pas toujours aussi aisée. Le type de personne auquel ce livre s’adresse sait prendre ses responsabilités, si ce n’est pas encore votre cas, il est conseillé de réfléchir à deux fois avant de poursuivre.

Kévin FINEL

Kévin FINEL est le président de l’ARCHE (Académie de Recherche et de Connaissance en Hypnose Ericksonienne). Conférencier et enseignant, il forme chaque année plusieurs dizaines de thérapeutes aux utilisations de l’Hypnose. Praticien chevronné en hypnothérapie, il est thérapeute et coach à Nice et à Paris, activité dans laquelle il travaille tous les jours avec des personnes désireuses d’accéder au bien-être et de se dépasser.

Posted on

Portrait intime de Gurdjieff par Paul Beekman Taylor

G.I. Gurdjieff

Un groupe d’élèves recueillit les propos de Tchesslav sur Gurdjieff

G.I. Gurdjieff

A la mort de Gurdjieff, Tchesslav, qui vivait et travaillait à Paris, forma un groupe d’élèves qui recueillirent les propos de Tchesslav sur Gurdjieff, souvenirs qu’il réécrivit à Formentera lors de sa retraite.
Plusieurs années après sa mort, ses mémoires furent retrouvées dans le grenier de la petite maison de Formentera par l’un de ses amis et élèves, Michel Kalt, qui donna son accord pour cette publication.

Dans le passé les critiques déplorèrent qu’aucun livre sur Gurdjieff n’arrivât à donner une idée exacte de Gurdjieff en tant qu’homme, et qu’il soit toujours présenté comme un mage et un magicien. Tchesslav Tchechovitch a maintenant comblé ce manque. Son livre est un extraordinaire portrait intime de Gurdjieff. On le découvre conteur, docteur, psychologue, homme d’affaires, enseignant, conseiller financier, et ami, dont la générosité d’esprit fut au-delà de la mesure de l’auteur.

Ouspensky lui fit rencontrer Gurdjieff en 1921

Tchesslav Tchechovitch, de souche polonaise, est né en Russie en 1895. Il servit comme officier dans l’armée impériale du Tsar pendant la première guerre mondiale, déserta ensuite durant la Révolution Bolchevique et débarqua à Constantinople où il devint l’élève d’Ouspensky, qui lui fit rencontrer Gurdjieff en 1921.

Depuis ce moment-là, il fréquenta régulièrement le 35 rue Djéménedji à Constantinople où il devint l’ami ainsi que l’élève de Gurdjieff. Il le suivit par la suite à Berlin, à Paris, et au Prieuré d’Avon.
Il fit également partie de la troupe de Gurdjieff lors de prestations aux Etats-Unis en 1924. Pendant l’occupation allemande, il faisait partie d’un petit groupe d’élèves qui participaient au travail de Gurdjieff.

A l’Hôpital Américain de Paris où mourut Gurdjieff, il était aussi à ses côtés.

Ces mémoires sont une série d’anecdotes,

en tous les lieux qu’il traversa avec Gurdjieff, entrecoupés de brefs rappels concernant sa propre vie. Tchesslav fut prestidigitateur, athlète de cirque, champion de lutte dans sa jeunesse et un danseur très accompli dans la troupe de Gurdjieff. Je me souviens de son attitude et de sa carrure puissante lorsque je travaillais avec lui dans la cuisine de l’appartement de Gurdjieff au 6 rue des Colonels Renard. Hormis ses talents personnels, ses mémoires se distinguent de celles de Bennett, Nott, Peters et de bien d’autres par une absence de jeux de l’ego.

Gurdjieff considérait chacun comme un ami

Tchesslav n’avait aucun axe à défendre, de tranches de vie, d’événements, ni de relations personnelles avec Gurdjieff dont il cherchait à se glorifier. Il décrit ce qu’il expérimentait et ce qui était expérimenté par d’autres, il était seulement un parmi les nombreux amis de Gurdjieff. Car comme il l’explique d’une façon très claire, Gurdjieff considérait chacun comme un ami, jusqu’à ce qu’on le trahit, comme ce fut le cas de Frank Binder et du businessman du Prieuré (dont jamais le nom n’a été prononcé). Dans ces cas-là, et c’est arrivé souvent, Gurdjieff retournait la situation en faisant honte à ses adversaires, leur faisant ainsi prendre conscience de la situation, mais avec générosité. Si grande est la vertu de ne pas frapper un homme à terre, encore plus grande était celle de Gurdjieff qui le relevait.

Le point de vue de Tchesslav fut celui d’un associé proche

qui partageait avec Gurdjieff des points d’expériences culturelles communes ainsi que la langue. Ne cherchez pas les noms des familiers du cercle de Gurdjieff. Tchesslav se rappelle le contact rapide et émouvant qu’il eut avec Katherine Mansfield, il mentionne Orage à l’occasion de l’organisation d’une démonstration de mouvements aux Etats-Unis. Son point de vue reste centré sur Gurdjieff et son cercle familial.

Tout comme ceux qui furent avec Gurdjieff avant de parvenir en France, il était admis dans l’intimité de ce cercle et ses anecdotes sur Gurdjieff sont pleines de détails personnels de même que sur sa famille directe (de sang) et sur sa famille plus éloignée dont je n’avais jusque-là ni lu ni jamais entendu parler. C’est avec chaleur et humour qu’il nous raconte, après son accident de 1924, le douloureux rétablissement de Gurdjieff.. Ainsi que la construction du Study House et des bains sous la direction de Gurdjieff. Finalement l’on découvre que l’identité du travailleur qui, tombé endormi, se balançait d’une façon périlleuse sur les rayons du Study House, n’était autre que Tchesslav.

Tchesslav expose les méthodes utilisées par Gurdjieff

Plus significatif encore pour ceux qui suivent les idées de Gurdjieff, Tchesslav rapporte mot pour mot ses entretiens, souvent en réponse à ses propres questions. L’affirmation faite par Gurdjieff, à savoir que toutes les religions sont différentes expressions d’une religion unique, est largement démontré. Tchesslav expose les méthodes utilisées par Gurdjieff pour réduire les auditeurs à ceux-là seuls qui sont aptes à comprendre et à répondre à son langage. Il rapporte brièvement l’explication que donne Gurdjieff sur la différence entre l’art subjectif (qui est décoratif) et l’art objectif (dont le contenu a valeur de sens).

Un livre extrêmement intéressant et agréable à lire

Ce que les souvenirs de Tchesslav nous disent de Gurdjieff. sont sa personnification, sa mise en actes et son art de transmettre l’amour. Gurdjieff lui a enseigné que l’homme doit travailler sur lui-même pour être capable d’aimer. Et Tchesslav rend vivant cet amour dans presque toutes les anecdotes qu’il nous conte.

En résumé, il s’agit d’un livre extrêmement intéressant et agréable à lire.

Tu l’aimeras, de Tchesslav Tchechovitch Disponible aux Editions L’Originel-Charles Antoni,

27 rue Linné, 75005, Paris, France.  www.loriginel.com

Posted on

Don Marcelino – Vision d’un amérindien sur l’Europe – Le Voyage sacré amérindien

Don Marcelino
Don Marcelino

Don Marcelino, auteur du Voyage sacré amérindien, présente ses ateliers.

Le corps malade est la conséquence d’une âme affaiblie, qui doute d’elle-même, traversée par des pensées néfastes. L’homme-esprit combat la maladie par des pensées de lumière.

L’Atelier « Apprendre à recevoir les messages de ses Ancêtres »

  • Rencontre avec votre Etre profond
  • Rencontre avec vos Ancêtres de Lumière
  • Rituel de purification de l’arbre généalogique

Dans les ateliers ne cherchez pas l’extraordinaire, le folklore.
Il n’y a pas de technique à apprendre, il n’y a que le mystère de la simplicité et la Lumière des Ancêtres

Visitez le site web de Don Marcelino et découvrez son livre : Le voyage sacré amérindien

Posted on Laisser un commentaire

Charles Antoni – Du développement personnel au développement essentiel

Charles écrivain

Du développement personnel au développement essentiel

Développement personnel. ” C’est moi qui vis la vie que je décide de vivre, par conséquent je suis responsable, non seulement  des décisions que je prends, mais également de leurs conséquences. Pour cette raison je suis libre. “

Du développement personnel au développement essentiel

Toute notre vie – passé, présent, futur – est exactement ce que l’on a pensé. Notre passé, nous l’avons construit et le futur ne dépend pas des circonstances extérieures, c’est nous qui en décidons. De ce fait nous devenons entièrement responsable de notre vie.

Le plus remarquable dans la démarche proposée ici, est qu’il y a toujours la porte ouverte à la liberté de l’individu.  “C’est moi qui vis la vie que je décide de vivre, par conséquent je suis responsable, non seulement des décisions que je prends, mais également de leurs conséquences. Pour cette raison je suis libre.”

Charles Antoni effectua de nombreux voyages et séjours en Inde, en Asie Centrale, en Chine, au Mexique etc., étudiant les différentes “traditions” du chemin qui mène à l’éveil du monde intérieur. Auteur douvrages philosophiques,

Renseignements : tél. 01 42 46 75 78 – email  – editionsloriginel@gmail.com